Bref. Je suis étudiante de MML à Cambridge.

‘Bref’ (‘In short’) is a popular French TV show, in which an anonymous,
unemployed thirty-something recounts aspects of his life in humorous three
minute clips.


Bref. Je suis étudiante de MML à Cambridge.

La vie, c’est super—je regarde des films avec des sous-titres, je lis des livres osés, et des vacances à l’étranger sont fortement conseillées. Tout ça, c’est du travail.

J’ai un gros dictionnaire Oxford-Hachette sur mon étagère. Je ne l’ai jamais utilisé, mais je le garde pour montrer à mes amis que je suis sérieuse. Quand je tape ‘w’ sur mon ordi j’arrive tout de suite sur le site de wordreference.

Il n’y a qu’un garçon dans ma classe de grammaire. Pendant le cours j’imagine souvent des Français fascinés par le rare et bizarre spectacle des Anglais qui se parlent en français. Dans ma tête, je sais qu’ ils se marrent de nos ‘petits accents mignons’.

Une fois, j’ai pris un café de la machine au premier étage de la faculté. Plus jamais. Ensuite j’ai essayé de passer au bureau du Year Abroad. Il n’était pas ouvert. J’ai réessayé le lendemain. Et le jour d’après.

À la fin j’ai choisi ma destination grâce aux photos facebook de quelqu’un qui y était l’année précédente. C’était un bon choix.

J’ai oublié comment former le passé simple pendant mon année en France. Pourtant, j’ai bien appris comment former des monacos, des kirs royaux, des ptits punchs…

Quand j’étais en France, les gens me demandaient sans cesse pourquoi les Anglaises se mettent en mini jupe lorsqu’il fait hyper froid. Je répondais toujours que c’était qu’un gros cliché, en baissant la mienne.

Maintenant lorsque je surprends des touristes français à Cambridge, je souris. Surtout quand ils sont en train de râler du froid, des prix d’entrée ou de la bouffe.

Des fois quand je cherche la définition d’un mot assez dur en français, je tombe sur le même mot en anglais. Ça m’énerve.

Je ne sais pas quoi faire après la fac. Devenir espionne internationale, vedette multilingue ou voyageuse professionnelle me plairait beaucoup je pense.

Mais en fin de compte, il y a plein de choses que je kiffe ici. Mes amis, la ville, même les cours (au moins ceux qui ne sont pas à 9h). Je serai très triste de partir… même si la vie de polyglotte mondiale me paraît bien tentante.

Bref. Je suis étudiante de MML à Cambridge.